Actualité

Orchestre symphonique Les Clés d’Euphonia – février 2022
Arthur Simonini, Oiseaux de nuit, pour orchestre et parties électroniques, création mondiale
Richard Strauss, Till Eulenspiegels lustige Streiche (Les Joyeuses Facéties de Till l’Espiègle) op.28 
Richard Strauss, Vier letzte Lieder (Quatre derniers lieder) op. 150, pour soprano et orchestre

Composées à  plus de cinquante ans d’écart, Till l’Espiègle et les Quatre derniers lieder de Richard Strauss, laissent entrevoir deux facettes bien distinctes du génial compositeur allemand. L’une que l’on pourrait qualifier d’œuvre de jeunesse, virtuose et brillante et l’autre de testament musical : un poignant adieu à  la vie.
Deux œuvres monumentales introduites par la création, Oiseaux de nuit, composée pour l’orchestre symphonique Les Clés d’Euphonia, du jeune compositeur français, Arthur Simonini. Musicien multi-instrumentiste polyvalent, connaisseur des outils informatiques, il se distingue par sa production pour le cinéma, la télévision, le théâtre, la publicité, la radio et le disque.

Orchestre symphonique, Les Clés d’Euphonia
Direction artistique : Laëtitia Trouvé
Soliste : Sabine Revault d’Allonnes
18, 19, 20 février
Auditorium Jean-Pierre Miquel, 98 Rue de Fontenay, 94300 Vincennes

Orchestre symphonique de Mulhouse – mars 2022
Edward Grieg, Pièces lyriques op.68 n°5 et 6
Darius Milhaud, La Muse ménagère
Francis Poulenc, Deux marches et un intermède

De la France à la Norvège, du piano à l’orchestre, un voyage plein de surprises et de découvertes musicales empreintes d’humour et de magie.

Orchestre symphonique de Mulhouse
Direction musicale : Laëtitia Trouvé
Récitant : Jean Manifacier
9 mars, Salle Europe, 13 rue d’Amsterdam, 68000 Colmar  

Orchestre des Pays de Savoie – mars 2022
Julien Le Hérissier, Ondin et la petite sirène

Inspiré par Andersen, ce conte musical met l’écologie au cœur de la musique : Ondin et la petite sirène vont tenter de sauver les océans et le monde. Ce conte participatif invite le public à prendre part au spectacle, en apportant ses propres instruments de percussion, fabriqués avec des matériaux de récupération. 

Orchestre des Pays de Savoie
Direction musicale : Laëtitia Trouvé
Récitante : Julie Martigny
29 mars, Château Rouge, 1, route de Bonneville, 74100 Annemasse 
31 mars, Le Scarabée, 154 avenue Daniel Rops, 73000 Chambéry

Orchestre Colonne – mai 2022 
Olivier Korber, Obstinario, création 
Wolfang Amadeus Mozart, Symphonie concertante pour violon et alto en mib majeur 
Antonín Dvořák, Symphonie n°9 en mi mineur dite « Du Nouveau Monde » 

Magnifique programme qui réunit des œuvres phares du répertoire dit « classique » et deux créations du compositeur et pianiste Olivier Korber. 

Orchestre Colonne
Direction musicale : Laëtitia Trouvé
Violon solo : Ida Derbesse
Alto solo : Darryl Bachmann
8 mai, 92190 Meudon 

Orchestre symphonique de Caen – mai 2022
Camille Saint-Saëns, Concerto pour violon n°3 op. 61
Camille Saint-Saëns, Danse macabre, poème symphonique op. 40
Charles Gounod, « Faust », musique du ballet

Un programme de musique française, qui mettra à l’honneur le jeune violoniste Thomas Briant, lauréat du 5e concours Appassionato violon Joël Klépal, dans le magnifique 3e concerto de Camille Saint-Saëns.

Orchestre symphonique de Caen
Direction musicale : Laëtitia Trouvé
Soliste : Thomas Briant
17 mai, Auditorium Jean-Pierre Dautel, 1 Rue du Carel, 14000 Caen

Orchestre symphonique Les Clés d’Euphonia – juillet 2022
Claude Debussy, La Mer, 3 esquisses symphoniques pour orchestre
Jean Sibelius, En saga

Au cours de ce concert « Jeux de vagues symphoniques », consacré à l’imaginaire et aux émotions marines, l’orchestre symphonique Les Clés d’Euphonia, en résidence en Bretagne, aura la joie d’interpréter La Mer de Debussy, chef-d’œuvre de la musique française et le magnifique poème symphonique En Saga de Jean Sibelius.

Orchestre symphonique, Les Clés d’Euphonia
Direction artistique : Laëtitia Trouvé
15, 16, juillet
Espace Coatigrach, Rocade Quimill, 29150 Châteaulin
Espace culturel Armorica, 1, rue du Colombier, 29880 Plouguerneau

Orchestre Colonne – concert reporté – 2022
Claude Debussy, Danses sacrée et profane pour cordes et harpe
Maxime Goulet, Histoire de pêche
Edward Grieg, Quatuor à cordes en sol m op.27 (version orchestrale)

Programme éclectique, de la France à la Norvège en passant par le Québec et l’étonnant concerto pour clarinette solo et orchestre à cordes de Maxime Goulet. Une œuvre inspirée du roman américain Le vieil homme et la mer d’Ernest Hemingway qui se présente sous forme de théâtre instrumental.

Orchestre Colonne
Direction musicale : Laëtitia Trouvé
Harpe solo : Marion Lenart
Clarinette solo : Michel Bernier
Salle Colonne, 94 Boulevard Auguste-Blanqui , 75013 Paris

→ Liste des concerts

D. R.
D. R.

Biographie

Actuellement chef invité auprès d’institutions de renom, comme l’orchestre symphonique de Mulhouse, l’orchestre Colonne, l’orchestre symphonique de Caen, l’orchestre des Pays de Savoie, Laëtitia Trouvé, chef à la direction précise, sensible et bienveillante, déploie toute sa créativité et son énergie pour partager sa passion au plus grand nombre. 

Diplômée du CNSM de Paris, et du conservatoire royal de musique de Liège, où elle reçoit le premier prix de direction d’orchestre avec les félicitations du jury, elle se forme auprès de grands maîtres tels que Marek Janowski, Yutaka Sado ou encore Gianluigi Gelmetti.

Reconnue très tôt par ses pairs, elle dirige l’orchestre philharmonique de Liège, l’orchestre des concerts Lamoureux, l’orchestre du festival de Sofia, l’ensemble Sillages (musique contemporaine), l’orchestre d’harmonie de la Musique des gardiens de la paix, la maîtrise de l’opéra de Liège ou encore la maîtrise Notre-Dame de Paris.

Passionnée par le répertoire symphonique et par la transmission, elle fonde en 2011, l’orchestre symphonique Les Clés d’Euphonia, qu’elle dirige depuis sa création. 

Avec cet orchestre, son objectif est triple : mettre son expérience et son savoir-faire au service de jeunes instrumentistes, afin de les former au métier de musicien d’orchestre, donner à certains musiciens amateurs d’excellent niveau la possibilité de travailler aux côtés de professionnels, et enfin, permettre au public d’entrer pleinement dans le répertoire symphonique, en commentant, lors de chaque concert, avec intelligence, passion et humour, une des œuvres au programme. 

En octobre 2019, avec son orchestre, elle adapte ce principe des concerts commentés au format de conférence TEDx, à l’invitation de l’association TEDx Vincennes. Sur le thème « Le courage de prendre le temps »,  elle fait ainsi entrer les spectateurs dans les secrets de composition des Entretiens de la Belle et la Bête, extrait des Contes de Ma Mère l’Oye de Maurice Ravel.

En mai 2017, convaincue que l’enseignement musical passe par l’oreille, s’adresse à tous les milieux sociaux et est avant tout une expérience humaine, elle rejoint avec enthousiasme, en tant que chef et directeur artistique, le projet DÉMOS (Dispositif d’éducation musicale et orchestrale à vocation sociale) piloté par la Cité de la musique – Philharmonie de Paris.

Elle programme et dirige également très régulièrement des œuvres de musique contemporaine : Carlos Grätzer, Olivier Calmel, Naji Hakim, Julien Le Hérissier, Jean-Marie Machado, Olivier Korber, Maxime Goulet… et bientôt le jeune et talentueux compositeur français Arthur Simonini, dont elle créera Oiseaux de nuit en février 2022.



« Chaque concert impose une incroyable dépense d’énergie intellectuelle, musculaire et nerveuse. Chaque fois il faut donner un peu de sa vie et conserver assez de sang-froid pour reconnaître que le résultat aurait pu être meilleur. Pour être chef d’orchestre, il ne suffit pas de travailler dix ans et de montrer quelques dons : il faut travailler, du premier matin où l’on passe la porte du conservatoire, jusqu’au soir où l’on achève épuisé, le dernier concert de sa carrière. »

L’art du chef d’orchestre, Charles Munch, éd. Pluriel, inédit

« Vous devez insuffler la vie à une partition : c’est à vous, et à vous seul, de la faire comprendre, de montrer le joyau en pleine lumière et sous les angles les plus favorables. […]
Ce n’est déjà pas facile.
Mais il convient aussi d’irradier votre pensée, votre force de contagion, avec assez de clarté pour que les musiciens éprouvent, au même instant que vous, les mêmes désirs et ne puissent se retenir de les exprimer.
Vous devez substituer votre volonté à la leur.
Ce n’est pas un léger fardeau que de prendre à sa charge les consciences de cent musiciens. […]
Un musicien de l’Orchestre romand me dit un jour : « Tu dirigeras bien si chaque musicien a le sentiment que c’est pour lui que tu diriges. »

L’art du chef d’orchestre, Charles Munch, éd. Pluriel, inédit

« Pendant plus de trente ans, j’ai rêvé d’écrire ce petit livre.
Voici pourquoi.
Un soir d’hiver, grisé de musique, éperdu d’admiration pour un chef d’orchestre qui venait de me révéler une symphonie de Brahms, je flânais dans les rues enneigées de Strasbourg. Soudain, je saisis au vol ce dialogue qui est resté gravé dans ma mémoire :
— Ravissant ce concert, susurra une voix mutine.
— Peuh ! Ma chère amie, répliqua un personnage avantageux dont l’assurance me figea sur place, cet orchestre est excellent ! Je me demande bien pourquoi on se croit obligé de mettre un chef à sa tête…
— C’est exactement ce que je me suis dit durant toute cette symphonie de Brahms, rétorqua la voix mutine, avec un rire de satisfaction…
J’ai eu la folle envie, à cet instant, de faire taire, en deux mots, la dame mutine et le personnage avantageux.
Trente ans après l’occasion m’en est offerte, et mon intervention risque seulement d’être un peu plus longue.
J’aurais voulu leur dire : vous avez raison ! Être chef d’orchestre, ce n’est pas un métier. C’est une vocation, parfois un sacerdoce… souvent une maladie ; une maladie dont on ne guérit qu’en mourant. Cela vous l’ignorez. »

L’art du chef d’orchestre, Charles Munch, éd. Pluriel, inédit